La Ligue 1 en Europe

Ces dernières années, de nombreux puissants investisseurs étrangers sont arrivés dans les principaux clubs français et la Ligue 1 semble donc connaître un nouvel élan. Cependant, la Ligue 1 a-t-elle réussi à rattraper son retard par rapport aux autres puissantes ligues telles que la Premier League, la Liga ou la Bundesliga ?

 

L’augmentation des revenus de la Ligue 1

Selon l’annonce officielle, la Ligue 1 a enregistré des revenus positifs au cours des 3 dernières années et devrait annoncer un nouveau chiffre d’affaires pour l’exercice 2017/2018. Cependant, une nouvelle fois, la sempiternelle question se pose : est-ce suffisant pour concurrencer les 3 premières ligues européennes ?

Dans les journaux, il a été mentionné (pour l’exercice 2016/2017) que ces revenus étaient principalement calculés à partir de ceux des 20 clubs impliqués chaque année. Pour une meilleure analyse, le critère de la disparité entre les clubs entre donc un jeu. Par exemple, le Paris Saint-Germain possède des revenus 2 fois plus élevés que ceux de Lyon et Monaco réuni. Les niveaux de croissance ne sont donc pas les mêmes malgré la prise en compte de nouvelles entrées d’argent matérialisées par l’augmentation des droites télés ou la construction des stades.

 

Revenus de la saison 2016/2017 :

Paris Saint-Germain — 503,03 millions d’euros

Olympique Lyonnais — 198,261 millions d’euros

AS Monaco — 143,986 millions d’euros

 

Le nouveau modèle de la Ligue 1

Toutefois, des crédits doivent être accordés à la LFP au cours des 4 dernières années pour les actions entreprises : refonte de la marque, intégration numérique et bien d’autres encore afin de réduire l’écart entre les trois premières ligues.

Selon KPMG, la Ligue française tente de mettre en œuvre le modèle économique du Bayern Munich. Ce modèle essaie tout simplement de diminuer la dépendance d’un club aux droits télévisés. Pas de « télédépendance ».

La mise en place de ce modèle balbutie encore. Par exemple (toujours selon KPMG), grâce à son parcours (demi-finale) en « UEFA Champion’s League » en 2016/2017, l’AS Monaco a reçu de la part de l’UEFA un chèque de 65 millions d’euros. Cette somme correspondait ainsi à 45 % des produits d’exploitation enregistrés pour la saison. Une année, rappelons-le, très faste pour le président du club monégasque Dmitri Rybolovlev.

 

La Ligue 1 par rapport à ses concurrents

À ce jour la Ligue 1 commence à rivaliser avec les grands championnats européens.

Avec 1,15 milliard d’euros par an à partir de 2020, elle passe toujours derrière l’Allemagne, mais se hisse devant l’Italie et l’Espagne. En effet, la Bundesliga arrive en deuxième position avec 1,16 milliard d’euros par an pour la période 2017-2021. Puis arrive la Serie A forte de ses 945 millions d’euros par an sur la période 2015-2018 et la Liga BBVA avec ses 883 millions d’euros par an sur la période 2016-2019.

Cependant, l’ogre de la «Premier League » reste hors de portée avec ses droits négociés à près de 2,3 milliards d’euros par an.

error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 × 12 =